dimanche 21 octobre 2007

Vous prendrez bien une assiette de molokhiya ?

molokhia.jpg

La molokhiya est une soupe égyptienne traditionnelle, à base de feuilles de corète potagère. Vous connaissez la feuille de corète ? Non, alors je vous explique :

jumelles.jpg

La corète potagère ( Corchorus olitorius L.) est une plante que l'on cultive depuis des siècles tant en Asie qu’en Afrique, et on la trouve à l’état sauvage sur les deux continents aussi, là où il fait chaud et humide. Elle est dans la savane souvent proche des marécages, des rivières et des lacs, jusqu’à 1 500 mètres d'altitude environ.

Très utilisée en Afrique, elle possède des propriétés intéressantes. On la dit diurétique, purgative, tonique et elle ferait même tomber la fièvre.

Elle est très connue en Tunisie, car elle est utilisée pour faire un plat en sauce très célèbre.

Là, je vous donne la façon dont on en fait une soupe en Égypte.

corette.jpg

La Molokhiya :

Ingrédients pour 4 à 6 personnes :

- 90 g de feuilles de molokhiya séchée,
- 1 litre de bon bouillon de volaille,
- 1 beau poulet,
- 1 oignon,
- 2 tomates bien mûres,
- 3 gousses d'ail
- 25 g de beurre
- sel,
- Coriandre fraîche (1 petit bouquet)

Préparation :

On commence par découper un poulet en morceaux.

désossage d'un poulet.jpg

Hachez très finement les feuilles de molokhiya, ou prenez directement de la poudre. Laissez gonfler au moins 30 mn dans 10 cl de bouillon de volaille froid. Moi, j'ai mis directement la poudre dans le bouillon chaud et après, il a fallu fouetter très fort pour que ça ne fasse pas de grumeaux !

Faites réchauffer le reste du bouillon dans une casserole. Ajouter la molokhiya.

corette dans la soupe.jpg

Fouettez bien puis laissez la soupe mijoter 30 minutes en remuant de temps en temps.

soupe bouillonnante.jpg

Ajoutez la viande découpée en morceaux et laissez-la cuire dans le bouillon 1 heure environ.

poulet dans la soupe.jpg

Pelez et émincez l'oignon et les gousses d'ail. Coupez les tomates en gros morceaux.

Mettez le beurre à fondre dans une poêle, et faites y revenir l'oignon et les gousses d'ail pendant 4-6 mn. Ajoutez les tomates et laissez cuire encore quelques instants. Salez.

Versez la sauce tomate dans la soupe et portez à ébullition. Rincez et séchez la coriandre hachée dans la casserole, puis servez la soupe.

On a mangé la soupe avec de bons morceaux de pain arabe et la viande de poulet à côté.

Molokhya

L'aspect était un peu bizarre, au début. On aurait dit de la boue ! Un peu visqueux, très, très vert aussi. Mais ça sentait très fort l'épinard et l'oseille et ça, c'était bien bon !
Passée la surprise, nous avons fait un très bon dîner !

9 commentaires:

confituremaison a dit…

Une belle assiette pour moi, s'il te plait! Tout cela est passionnant! Je vais voir si on peut se procurer de cette plante par ici, car en plus d'etre bonne, elle a l'air tres amusante a utiliser!

Miechambo a dit…

La couleur n'est effectivement pas très engageante au premier regard, mais si vous vous êtes régalés je veux bien te croire, connaissant les fins gourmets.
Une façon bien originale de commencer ton blog. Il va falloir que je vienne faire le marché chez toi le jour où je voudrais essayer tes recettes, pas sûre de trouver ce genre d'épice ici.

Bravo pour la façon de présenter ta recette et les explications sont très claires.
Bisous
Michèle

Rachel a dit…

Mais qu'est-ce qui m'a pris de regarder ton blog juste avant le repas ... !!! Et bien voilà le résultat : maintenant, j'ai l'estomac en bas des talons. Dis, il te reste un peu de cette soupe qui semble vraiment succulente ???

Marielle a dit…

Bravo Paul !! j'aime beaucoup apprendre de nouvelles choses sur la cuisine du monde, c'est fait grâce à toi. je ne connaissais pas cette épice ni cette soupe égyptienne.

lili63 a dit…

depuis que je suis toute petite , je mange ce plat sans savoir que la plante s'appelait "corete" .Merci beaucoup d'avoir répondu à cette question auquelle ma mère n'avait pas de réponse .

Suiksuik a dit…

je connais la variante tunisienne que l'on nomme le plat qui ne fini jamais ! c'est vrai que c'est un peu visqueux mais tellement bon !

Sandra Avital a dit…

Coucou Paul! J'arrive aussi de chez Tit' et je voulais d'abord te dire toute mon admiration; franchement moi à ton âge, il y a bien d'autres choses qui m'intéressaient que la cuisine!! Bravo!
Je suis d'origine juive tunisienne et la molokheya est en effet un plat très très typique. Par contre il ne se présente pas comme une soupe, mais comme un ragout au boeuf ou plus rarement à l'agneau cuisiné avec beaucoup d'huile. Il est mis à mijoter plusieurs heures ce qui fait que le côté gluant disparait et il devient tout noir: un plat archi non photogénique!! On l'appelle le plat qui ne finit jamais car dès qu'on essaie de saucer avec du pain, la trace faite par le pain disparaît, on a l'impression que la molokheya se referme.. comme si le plat ne diminuait pas en le mangeant. Et du coup, on mange PLEIN de pain avec, un pain avec une mie riche et dense appelé "pain italien" acheté en épicerie orientale. Ce plat très parfumé est spécial: on déteste ou on adore et quand on adore (comme moi!) on dévore!!

mickymath a dit…

bravo paul, tu deviendra un grand cuisinier, j'en suis sûre!! biises micky

Anonyme a dit…

un reve ce plat.
je suis tombé danqs la marmitte etant petit alors je connais bien. Au mouton ou au boeuf, même au chameau!
un régal croyez le !